Les conseils pour réussir la vente des bijoux

Dans un précédent post, vous découvriez les différents circuits de revente de bijoux à l’image des bijoutiers-joailliers notamment. Et si cette solution vous permet de vous défaire de ceux qui ne vous plaisent plus, qui sont cassés, qui sont désués voire qui sont trop abîmés, une chose est sûre : la revente de vos bijoux est une bonne astuce pour vous permettre d’avoir une certaine somme d’argent sans attendre et sans taux. Alors que les publicités se démultiplient, les arnaques sur le marché de la vente de bijoux sont malheureusement également légion. Il convient donc de rappeler qu’il est préférable de se rapprocher d’un professionnel pour le rachat de vos bijoux. Et pour vous offrir de meilleures garanties, entre arnaque et bonne affaire, gros plan sur les astuces pour sécuriser la vente de vos biens tout simplement. 

Informez-vous sur la valeur de vos bijoux

Les professionnels se doivent d’être transparents sur les tarifs qu’ils pratiquent au regard de la loi. En effet, la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation vous protège et ces derniers doivent vous informer sur les prix. Alors, lors de votre estimation, n’hésitez pas à demander tous les détails de la valeur du bijou sans oublier les charges inhérentes. En parallèle, pour vendre vos bijoux dans des conditions optimales, ne les cédez pas sans au préalable les avoir estimés de votre côté ou auprès d’un spécialiste. Suivez pour cela l’évolution des cours des métaux précieux comme l’or par exemple, pour les céder au meilleur moment et surtout, avoir une idée de ce qu’ils pourraient vous rapporter. Ayez à l’esprit que le professionnel n’est pas tenu d’aligner son prix sur celui du cours. Dans tous les cas, cela ne le soustrait pas à l’obligation d’un affichage clair et précis sur les prix d’achat. Pour finir, de la qualité et de l’état de vos bijoux dépendront leurs valeurs. En effet, la qualité de l’or est variable selon son caratage, votre bague n’aura pas la même valeur s’il s’agit d’or 18 ou 24 carats et si elle présente une pierre précieuse recherchée notamment.

Demandez un contrat écrit pour céder vos bijoux

Si vous êtes d’accord avec les termes de la vente, avant de la conclure demandez un exemplaire du contrat écrit, obligatoire depuis la loi du 17 mars 2014. À l’image d’un devis que vous demandez à un artisan, le professionnel doit obligatoirement vous remettre un contrat comprenant les éléments indispensables pour sa conformité. En cela, ce dernier doit comporter les informations suivantes sous peine d’être nul : le nom, le prénom et l’adresse complète de l’acheteur, son numéro d’inscription au registre du commerce et des sociétés, vos coordonnées, mais aussi l’adresse du lieu où le contrat est signé. Bien sûr, doivent également y figurer les désignations précises des pièces achetées par le professionnel, leurs poids, leur pureté au millième et enfin le prix de vente avec toutes les taxes. Bien entendu, ce dernier doit être signé des deux parties, daté et l’heure doit également être précisée. Sachez que le paiement doit s’effectuer par virement bancaire ou par chèque barré, et ce, pour lutter contre le blanchiment d’argent. Sachez que la réglementation en vigueur impose au professionnel de tout consigner dans un registre appelé « livret de police ». Autant de points qui vous assurent du professionnalisme de votre interlocuteur, vous prémunis d’une arnaque, mais aussi d’un recel éventuel d’objets volés. 

Passez par un interlocuteur agréé

Pour vous prémunir d’une éventuelle arnaque, mieux vaut vous adresser à un professionnel. Outre cette garantie cela vous permet aussi d’avoir la possibilité de vous rétracter. Au regard de la loi, vous bénéficiez effectivement d’un droit de rétractation de 48 heures à compter de la signature du contrat, excepté pour les opérations d’or investissement. Dans la mesure où vous useriez de ce droit de rétractation, le professionnel doit vous rembourser le prix payé et vous restituer vos bijoux. Dans la mesure où ce dernier ne pourrait vous rendre les biens achetés, il doit alors vous verser le double du prix de vente perçu. Pour cela, assurez-vous que le contrat comporte bien le formulaire destiné à cet effet, formulaire figurant en annexe de l’article R. 224-5 du Code de la consommation. Dans tous les cas, passé ce délai, vous ne pourrez plus vous rétracter. À vous de voir si vous acceptez ou refusez la proposition qui vous ait faite. En cas de litige, quelle que soit la méthode commerciale employée, mieux vaut vous rapprocher de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) ou de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations DDCSPP) de votre département de résidence. 

PARTAGER